Sclérose en plaques

La moelle épinière et le cerveau forment le système nerveux central (SNC). Il est responsable de la coordination de toutes les fonctions motrices et des processus organiques internes ainsi que de l'intégration de tous les stimuli externes et internes. Il fonctionne sur le principe d'un centre de contrôle qui transmet les impulsions électriques par l'intermédiaire des fibres nerveuses. Les fibres nerveuses sont enveloppées dans une couche isolante.

Le principal composant de cette couche isolante est la myéline, une substance blanche et grasse. Chez une personne souffrant de sclérose en plaques, celle-ci est irréversiblement endommagée en raison d'une réaction de défense du système immunitaire. Les impulsions individuelles ne peuvent donc être transmises que lentement ou pas du tout.

En Suisse, environ 15 000 personnes souffrent de la sclérose en plaques, qui apparaît souvent pour la première fois entre 20 et 40 ans. Pour des raisons encore inexpliquées, la proportion de femmes adultes prédomine.


Symptômes

De nombreux symptômes neurologiques différents peuvent apparaître à la suite de la SEP. Il s'agit notamment de troubles de la vision (par exemple, vision double), de dysfonctionnements de la vessie, de paralysies spastiques des extrémités, d'états d'épuisement et de troubles de la motricité fine. Ces symptômes se manifestent souvent sous forme de rechutes, qui peuvent être causées par un stress physique et émotionnel ou par des infections, par exemple, et peuvent varier en intensité et en fréquence.

Il semblerait que la sclérose en plaques ait des processus pathologiques différents :

  • Au début, la SEP récurrente-rémittente prédomine (environ 85 à 90 %) : un ou plusieurs symptômes neurologiques n'apparaissent que pendant une courte période, c'est-à-dire qu'ils disparaissent (presque) complètement après quelques jours.
  • Environ 30 à 40 % des patients présentant une évolution initialement récurrente de la maladie développent des déficiences croissantes sur une période de 10 à 15 ans. C'est ce qu'on appelle l'évolution chronique progressive secondaire de la maladie.
  • Chez 10 à 15 % des patients, la maladie commence directement par la variante chronique progressive primaire. Dans cette forme de progression, les symptômes neurologiques qui se produisent ne régressent plus. Cependant, c'est plutôt rare. Des formes mixtes de ces formes de base de la maladie se produisent également.

Causes

Les causes de la sclérose en plaques ne sont toujours pas claires. Ce qui est certain, cependant, c'est que dans ce tableau clinique, les cellules de défense spécifiques, avec lesquelles le propre système immunitaire de l'organisme réagit normalement aux agents pathogènes envahissants, sont mal programmées. Au lieu de structures étrangères, ils combattent les leurs (à savoir la myéline de la neurolemme et les protéines de base de la myéline).

Dans le passé, de nombreuses théories sur le développement de la sclérose en plaques ont été discutées et des études correspondantes ont été menées. Des liens semblent exister dans le cas d'une disposition génétique, et le rôle d'Epstein-Barr et du virus de l'herpès HHV-6 a également fait l'objet d'études approfondies. À l'heure actuelle, il semble probable que tout un réseau de facteurs soit responsable du développement de la maladie.

Diagnostic

Pour déterminer si un patient est atteint de SEP, le neurologue traitant peut s'appuyer sur un large éventail de procédures de diagnostic. Toutefois, cette étape est précédée d'une détermination approfondie de l'histoire de la maladie (anamnèse).

Si les antécédents confirment la suspicion de sclérose en plaques, des tests cliniques fournissent des informations complémentaires. Lors de ces tests, la fonction motrice, la coordination, les réflexes, la fonction visuelle et la force du patient sont examinés en détail. Il est ainsi possible de déterminer dans quelle mesure les fonctions neurologiques sont endommagées et quelles régions du cerveau sont touchées. En outre, la conductivité des fibres nerveuses peut être déterminée par des tests électrophysiologiques (contrôle de la sensation dans les extrémités).

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) peut être utilisée pour visualiser les zones inflammatoires du SNC. Une autre méthode d'examen est la "ponction lombaire", qui consiste à perforer le canal rachidien du patient entre deux vertèbres lombaires afin d'obtenir du liquide céphalo-rachidien (LCR).

Thérapie

Une thérapie causale pour le traitement de la sclérose en plaques n'est pas disponible actuellement. Contrairement aux hypothèses précédentes, le sport modérément performant est recommandé dans presque toutes les variantes. Si les patients atteints de SEP souffrent de spasticité, une physiothérapie régulière (kinésithérapie) et/ou l'utilisation d'aides telles que des orthèses est recommandée. Si nécessaire, la thérapie peut également être complétée par l'administration de médicaments.

Les produits présentés sont des exemples d'approvisionnement. La question de savoir si un produit vous convient réellement et si vous pourrez profiter pleinement de ses fonctionnalités dépend de nombreux facteurs différents. Les facteurs décisifs sont votre condition physique, votre aptitude et un examen médical détaillé. Votre médecin ou votre prothésiste décidera également de l'appareillage qui vous convient le mieux. Nous serons heureux de vous soutenir.



Produits associés